Rustem Ismailov

Rustem Ismailov

Date d'arrestation: 12.10.2016

Charges: participation aux activités d'une organisation reconnue comme terroriste sur le territoire de la Fédération de Russie

Verdict de la Cour: 14 ans dans une prison à sécurité maximale

L'attend: femme, trois enfants

«La vie avec mon mari était heureuse et lumineuse. Mais peut-être que les souvenirs les plus forts sont la naissance de nos enfants, en particulier celle de notre première fille », a déclaré Fatma Ismailova, l'épouse du prisonnier politique de Crimée Rustem Ismailov, une figure du «premier groupe Simferopol» dans l'affaire «Khizb ut-Takhrir».

Le 12 octobre 2016, dans plusieurs zones de la Crimée occupée, les forces de sécurité russes ont effectué des perquisitions et des arrestations dans les maisons des Tatars de Crimée. Parmi ceux qui ont été emmenés se trouvait Rustem Ismailov, un constructeur et père de trois enfants. Au moment de la détention de Rustem, les enfants avaient sept, six et 2 ans et demi.

«Ils sont venus nous voir tôt le matin, la fouille a duré six heures, puis mon mari a été emmené, se souvient Fatma Ismailova. Pendant la perquisition, nous n'avons pas été autorisés à appeler un avocat. Plus tard, lorsque Rustem se trouvait au centre de détention provisoire de Simferopol et a commencé à avoir des problèmes de santé, il n'a reçu aucun soin médical. Lorsqu'ils ont été emmenés au bâtiment du FSB aux fins d'enquête, mon mari et d'autres prisonniers tatars de Crimée se sont fait mettre des sacs sur la tête, ils ont été battus et leurs visages ont été pressés contre le plancher de la voiture.»

Plus tard, Rustem Ismailov a été transféré à Rostov-sur-le-Don, où des audiences ont eu lieu. En juin 2019, le tribunal militaire du district sud de Rostov-sur-le-Don l'a condamné à 14 ans de prison à sécurité maximale. Rustem Ismailov nie toute culpabilité et considère la punition comme une répression pour des motifs religieux. La défense a fait appel et le 24 décembre 2019, la Cour suprême de la Fédération de Russie a «assoupli» la peine de six mois.

Depuis février 2020, on ne sait pas où se trouve Rustem Ismailov. Et ce n'est qu'en avril que les proches du prisonnier politique ont appris qu'il avait été transféré au pénitencier n ° 2 de la ville de Salavat (Bachkortostan, Fédération de Russie), et avant cela, il avait été à l'hôpital du centre de détention provisoire à Oufa pendant deux mois et demi. Dans une lettre à sa femme, Rustem a écrit que les conditions dans cet hôpital étaient les mêmes que dans le centre de détention provisoire et qu'en trois ans et demi d'emprisonnement, c'était à Oufa qu'il était détenu dans les pires et les plus sévères conditions de son séjour total.

 «C'était un autre coup dur pour moi et ma mère. Trois hommes ont déjà été enlevés à notre famille. Ils ont enlevé mon mari en 2016, ainsi que mon père et mon frère en 2019, dit Fatma, mais notre peuple tatare de Crimée et d'autres, déterminés à suivre ce qui se passe en Crimée, ne nous ont pas laissés seuls.»